L'abbé Anglade

A l’origine, Anglade et Langalerie étaient deux établissements distincts , ceci, depuis leur ouverture et jusqu’à ce que la mixité devienne une règle à peu près générale en France.

Anglade : Ecole Primaire de garçons.

La Convention, ayant voté l’enseignement obligatoire, Napoléon, à défaut d’instituteurs qualifiés, passe contrat avec les Frères des Ecoles Chrétiennes pour qu’ils ouvrent des écoles dans toutes les Communes…

A Ste-Foy, cette 1ere école, tenue par des Frères, se trouvait à l’emplacement de l’école maternelle actuelle. Pour reloger l’école des Frères, L’Abbé Anglade, originaire de Ste-Foy et Curé à Bordeaux, fait don d’un immeuble lui appartenant, rue Louis Pasteur. Le collège Anglade occupe toujours ces locaux, auxquels se sont ajoutés, au gré de l’augmentation des effectifs, de nouveaux bâtiments. (Exemple : le garage Chanzy).

Après la loi de séparation, l’école Anglade s’étant développée comprenant aussi un internat de garçons, a été dirigée et maintenue par Messieurs BOUTARIC, SABATHIE et BOESCH, aidés par leurs familles et plusieurs adjoints.

C’est en 1947, qu’aux classes Primaires déjà existantes s’ajoute le Cours dit : Supérieur puis Cours Complémentaire, le Collège CHARRIER ayant fermé à la suite du décès de son directeur : Monsieur l’Abbé PEYRAMALE.

Anglade  -Langalerie

Anglade et Langalerie, comprenant chacun un internat, des classes primaires et un cours complémentaire fonctionnaient séparément.

En 1960, la mixité s’imposa pour les élèves des cours complémentaires.

Puis la fusion des deux établissements se concrétisa et donna naissance à ANGLADE-LANGALERIE :

  • à ANGLADE, le collège mixte (6e à 3e) et l’internat de garçons,
  • à LANGALERIE, classes enfantines et primaires mixtes avec l’internat filles, sous la responsabilité d’une direction unique.

Malgré la suppression de l’internat en 1983, les effectifs se maintiennent, prouvant ainsi que nous répondons à un besoin scolaire reconnu.

Imprimer E-mail